Kohlenstoff !

Kohlenstoff !

Pendant que l’industrie de la musique continue de piquer du nez, partir un autre label indépendant tiendrait du lieu commun s’il ne relevait pas le défi de proposer essentiellement de la musique électroacoustique. À Montréal en plus, le siège d’Empreintes DIGITales, une référence mondiale en la matière !

C’est pourtant le défi qu’ont décidé de relever quelques compositeurs de la nouvelle génération. Maxime Corbeil-Perron, Émilie Payeur, Félix-Antoine Morin et Jean-François Blouin ont récemment procédé au lancement de l’étiquette lors d’un concert à la Casa del Popolo, ce lundi 3 mars. Kohlenstoff, « carbone » en allemand, est le nom qu’ont adopté ces irréductibles Gaulois de la musique électroacoustique qui, en à peine six mois d’existence, ont déjà dix albums à leur actif !

album MCorbeil-Perron

Le concert s’est ouvert avec Maxime Corbeil-Perron accompagné de l’excellente saxophoniste Ida Toninato. Le jeune compositeur déploie une panoplie de sons électroniques typés, de rythmes frénétiques, de distorsion et de filtres. Toninato demeure accroupie sur scène, les mains posées sur son saxophone baryton, et sa posture me fait penser à un prédateur attendant l’instant propice pour bondir. Les basses claquent à mesure que les rythmes deviennent tribaux. Toninato grogne dans son instrument, et la musique m’inspire une satisfaction tout à fait viscérale. Satisfaction de trop courte durée (!), puisque la pièce prend fin après quelques minutes.

album EPayeur

Émilie Payeur enchaîne avec un numéro tout à fait original. Armée d’un micro branché dans un amplificateur, elle rapproche dangereusement la capsule du cône, provoquant un effet de Larsen (ou feedback) qu’elle module afin de faire… de la musique. Avec ses mains expertes, Payeur « joue » du microphone et le fait chanter, crier et siffler tout en manipulant le son avec plusieurs pédales d’effets. Tout à fait consciente de notre crainte de la voir perdre le contrôle et que le Larsen gonfle de façon exponentielle, elle maintient le son à la limite du confort, tout juste assez pour garder notre écoute pendant les 18 minutes de la performance. Après un long dialogue entre les bourdons de sa trame électronique et de son microphone, elle suspend le microphone devant l’amplificateur et va tranquillement s’asseoir, laissant son instrument balloter comme un pendule. Elle recommence bien vite à se défouler allègrement, nous amenant dans un chaos musical proche du ffff (pensez fortissimo, mais 4 fois plus fort). Elle quitte finalement la scène d’un pas décidé, laissant derrière elle un véritable bordel sonore se déchaîner. Agressant ? Certes, mais seulement si on reconnaît que quelques excès de hautes fréquences parsemaient des moments réellement délicats.

album ALefebvre

La soirée se conclut avec Alain Lefebvre, qui a récemment lancé son album Magic Eye sous l’étiquette Kolhenstoff. Ses instruments ? Une espèce de fouillis analogique placée sur une table « comme une opération à cœur ouvert », m’explique le compositeur. Il propose une musique tout à fait noise et utilise du feedback qu’il réinjecte dans une console pour la mélanger avec des synthés analogues et du signal de micros contact posés sur la console même et sur la table où repose ses babioles électriques. Des images de basse résolution avec du bruit numérique sont projetées pendant qu’il diffuse en direct une musique parfois rythmée, parfois tactile. Dans sa proposition, on aura retrouvé le caractère brut du genre musical et cette fameuse « esthétique de l’inconfort » sans pour autant verser dans la « méchanceté » des pièces précédentes. En fait, on parlera plutôt d’une musique posée, sobre, sans excès, en adagio pour terminer la soirée.

Qu’est-ce que nous réserve Kohlenstoff pour l’avenir ? D’autres concerts ! En effet, il n’y a pas de doute que ce sera une addition à leur présente formule « un album électroacoustique lancé par mois ». Des plans sont déjà en marche, et quelques-uns seront potentiellement mis à terme dans les semaines à venir. À suivre !

Pierre-Luc Senécal

Site Web de Kohlenstoff: http://kohlenstoffrecords.com

Pour tout commentaire, écrivez-nous.