À propos 2010 – Édito Anno I

Combler un vide

À l’origine de l’idée de ce site, il semble bien qu’il y ait cette lettre envoyée le 28 mars 2010 à  la rédaction du journal Le Devoir, où Michel Gonneville déplorait l’absence presque totale de couverture de la création musicale au Québec dans les pages de ce quotidien, qui pourtant s’occupe fort bien des autres domaines artistiques. Il demandait que soit instaurée pour le domaine musical une chronique régulière, branchée sur l’actualité d’une pratique de création et d’interprétation que nous savons tous bourdonnante et riche, principalement à  Montréal. Plus de 150 personnes de différents milieux et intérêts avaient manifesté leur appui à  cette requête en cosignant cette lettre. Il y avait perception partagée d’un vide qu’il fallait combler.

Ce vide, nous ne le sentons pas uniquement au Devoir. C’est dans tous les journaux quotidiens qu’il règne, créé par le déficit d’informations et par la pauvreté navrante de la critique. Nous le percevons aussi sur les ondes radiophoniques depuis le changement d’orientation de Radio-Canada et il se répand actuellement sur le réseau anglais de la radio publique. Ce changement, il nous semble, a visé le retrait d’une certaine parole « experte » ou, mieux dit, d’une parole qui éclaire au profit d’une parole qui surtout se pâme et s’enfle (« l’émÔtion ») ou qui trop souvent remplit le temps par du bavardage improvisé. Nous souhaitons bonne chance au projet Radio-Québec piloté par l’avocat Daniel Turp et qui vise la restauration d’une radio culturelle assumant pleinement son rôle de médiatrice.

On ne peut attendre des revues spécialisées comme Circuit ou les Cahiers de la SQRM qu’elles comblent le vide perà§u, car leur mandat et leur périodicité ne leur permettent pas de s’accrocher à  l’actualité de manière « ponctuelle ». Et ce n’est pas les invitations sporadiques faites à  des compositeurs par des revues littéraires ou de réflexion qui pourront non plus créer la présence que nous souhaitons.

Dans ce contexte, et comme à  ce jour aucune réponse satisfaisante n’est parvenu du Devoir à  la lettre citée plus haut, nous avons eu l’idée de créer ce site pour lequel nous souhaitons, le temps qu’il durera, qu’il fasse découvrir une palette d’auteurs la plus variée possible : que ceux-ci soient compositeurs, musicologues, interprètes, mélomanes, ils se proposeront ou seront approchés pour leur compétence et leur intérêt à  couvrir l’actualité dans toutes les tendances de la création musicale : musiques instrumentales et vocales de concert, musiques électroacoustiques, multimédia et multidisciplinarité, musiques actuelles, propositions artistiques à  la limite de la musique, etc. Nous voulons aussi que ces auteurs ne parlent pas qu’aux happy few initiés et n’oublient jamais l’important rôle d’initiation et de médiation qu’ils pourront jouer. Nous aimerions aussi, et surtout, que s’exprime non pas une esbroufe stylistique servant à  imposer des dictats (c’est-à -dire pour vanter les mérites d’une orientation esthétique au détriment d’une autre ou pour juger selon des critères qui auraient été de tout temps fixés) mais plutôt une réflexion qui parle au je, qui se dévoile et s’avoue comme l’expression d’un goà»t et d’une culture, qui soit finalement le compte-rendu de l’expérience intérieure d’un auditeur.

Nous souhaitons aussi que cet espace ne serve pas à  relayer les besoins promotionnels des organismes, besoins qui sont d’ailleurs déjà  fort bien couverts grâce aux multiples plates-formes dont ils se servent. Dans le même ordre d’idée, nous désirons recevoir des contributions où l’on peut apprécier le travail d’un créateur d’un point de vue extérieur, le site  ne permettant pas l’auto-promotion.

Le site dépend pour l’instant du bénévolat des auteurs. La section « Créations » traitera des créations et des premières montréalaises ou québécoises en suivant au plus près le calendrier des concerts et événements qui les présentent. Nous souhaitons une double contribution pour chacune des créations choisies : le « Prélude » se situera en amont de l’événement et présentera le créateur impliqué, sa démarche générale et celle particulière à  la nouvelle Å“uvre; le « Postlude », quant à  lui, proposera une réflexion a posteriori sur cette création à  partir des impressions laissées lors de l’événement où elle s’insérait. Pour ce second volet, le temps pour élaborer une réflexion pertinente prévaudra sur toute heure de tombée. Le format de rédaction qui est suggéré pour ces deux volets est d’approximativement 500 mots (3500 caractères, espaces compris).

Puis, dans un deuxième temps, dans la section « Carnets », nous souhaitons que des auteurs s’intéressent et commentent de faà§on plus large et générale l’actualité du milieu local, national ou même international dans le domaine de la création musicale et artistique. Il ne s’agit évidemment pas ici de prétendre à  l’exhaustivité, mais plutôt d’offrir un espace de réflexion et d’expression selon les propositions provenant d’auteurs intéressés ou faites à  des auteurs espérés. Dans cette section, le format de rédaction peut dépasser les 500 mots sans problème et peut être accompagné d’extraits audio ou vidéo.

Notre appétit pour une véritable couverture de la création musicale au sein des médias traditionnels demeure. Aussi, nous n’abandonnerons pas le combat sur ce front, nourris que nous sommes par l’espoir d’y voir naître un jour le contenu que le public mérite. Néanmoins, nous croyons que le projet du présent site est nécessaire dans les circonstances actuelles. Elle pourrait même, à  terme, s’avérer comme une contribution inappréciable à  la longue entreprise d’intériorisation et d’appropriation collective de notre patrimoine musical.

Les mots sur la musique peuvent être aussi nécessaires à  cette dernière qu’ils lui sont, en bout de ligne, inutiles. «Écrire sur la musique c’est comme danser l’architecture! » En tapant ces quelques mots sur les principaux engins de recherche, on découvre que la phrase serait attribuable  simultanément à , ou enfin aurait été récupérée par, Elvis Costello, Thelonius Monk, Laurie Anderson, Frank Zappa, etc… Il va sans dire que le fait de lire et éventuellement d’écrire sur la musique n’en augmente pas seulement la compréhension mais amène aussi à  en enrichir l’écoute. Les mots deviennent finalement nécessaires lorsqu’il faut briser la barrière de tous ces autres mots qui empêchent un auditeur d’accéder à  la musique et d’en jouir.

Que les mots de cettevilleetrange.org profitent au plus grand nombre !

Michel Gonneville, Julien Bilodeau, Patrick Saint-Denis.

===== Pour soumettre des propositions d’articles, voir l’onglet Nous rejoindre

= = = = = Édito Anno I About this project Filling a void The underlying idea for this site is a letter sent on March 28th 2010 to the newspaper Le Devoir, in which Michel Gonneville laments the almost complete lack of coverage of new musical works, in a newspaper that otherwise covers almost every other artistic domains. Gonneville called for the establishment of a regular column which would cover the musical sphere, focusing on current events concerning the creation and interpretation of new musical works, given the richness and vitality of the new music scene, particularly in Montreal. More than 150 individuals from various circles and spheres of interest had shown their support to this request by co-signing the letter. There was a shared sense of a void that had to be filled. This void is not perceptible only at Le Devoir. It is also felt in all daily newspapers, created by the information deficit and the utter impoverishment of music criticism. We also perceive this void on air, following the change in orientation at Radio-Canada, and it is now spreading to the anglophone public radio networks. This change, it seems to us, targeted first and foremost the removal of certain “expert” insights or, in better terms, the removal of a speech that enlightens in favour of a speech that swoons and inflates (“emÔtion”) or that too often fills air time with improvised chatter. We wish good luck to the Radio-Québec project led by lawyer Daniel Turp and which aims to bring back a cultural radio fully fulfilling its mediating role. One cannot expect from specialized publications like Circuit or the Cahiers de la SQRM that they fill this perceived void, since their mandate and their periodicity do not allow them to discuss current cultural events in a regular manner. And the sporadic invitations to composers by literary or free-thinking magazines will not be able to create the presence we desire, either. Given this context, and given that to this day no satisfying answer to the above-mentioned letter has been forthcoming from Le Devoir, we have decided to create this website which we hope, while it lasts, will lead to the discovery of a wide range of contributors: composers, musicologists, performers, music lovers, will propose or will be approached for their competence and their interest in covering current events in all trends of musical creation: instrumental and vocal concert music, electroacoustic music, multimedia and multidisciplinarity, new musics, artistic proposals at the edge of music, etc. We also would like these authors to speak not only to the happy few connoisseurs but also to never forget the important mediating role they will be asked to play. We also would like, most importantly, not so much to express some stylistic swashbuckling meant to impose norms (that is, to boast about the merits of a specific aesthetic stance at the expense of another or to judge according to criteria seen as fixed and immutable) but rather a reflection speaking from an “I” perspective, revealing itself and assuming itself as the expression of a particular taste and culture, that would finally be the account of one listener’s inner experience. We also hope that this space serves not only to relay the promotional needs of organisations, needs that are otherwise well-covered with the multiple platforms that they use. In that same vein, we would like to receive contributions in which one can appreciate the work of one creator from an outsider’s perspective, since the website does not allow self-promotion. The website currently depends on its author’s volunteer work. The “Creation” sections will deal with creations and Montreal or Quebec premieres, which follow closely the concert and event calendar featuring them. We aim for a double contribution for each chosen work: a “Prelude” will be posted online before the event and will present the creator involved, his/her general artistic approach as well as that specific to the new work; the “Postlude” will offer a reflection on that creation based on impressions from the event. For this second component, the time needed to elaborate an enlightening reflection will have the upper hand on any given deadline. The suggested written format for each component is approximately 500 words (3500 characters, space included). Then, secondly, in the « Notebook » section, we would like contributors to have an interest in, and comment in a broader and general manner, local, national or even international events pertaining to musical and artistic creation. The goal is not to be exhaustive, but rather to offer a space for reflection and expression based on spontaneous propositions from individuals or requests made to potential contributors. In this section, the writing format may easily exceed 500 words and may be accompanied by audio clips or video footage. Our hunger for a real coverage by traditional media of the musical creation remains. Thus, we will not give up the fight on that front, motivated as we are by the hope that one day, the content that the public deserves will be present. Nonetheless, we believe that the project of this website is necessary given current circumstances. It could even, in the long run, emerge as an invaluable contribution to the long-lasting collective enterprise of internalisation and appropriation of our musical heritage. Words about music can be as necessary to music as they can be, ultimately, unnecessary. “Writing about music is like dancing about architecture!” By typing these words in the main search engines, one finds that the phrase has been attributed simultaneously to, or recuperated by, Elvis Costello, Thelonius Monk, Laurie Anderson, Frank Zappa, etc… It goes without saying that reading about music and eventually writing about it not only enhances its comprehension but also leads to a richer listening experience. Words finally become necessary when the barrier made of all these other words preventing the listener to access to music and enjoy it must be broken. May the words from cettevilleetrange.org benefit as many as possible! To submit articles, please see the tab « Nous rejoindre »

Combler un vide

À l’origine de l’idée de ce site, il semble bien qu’il y ait cette lettre envoyée le 28 mars 2010 à la rédaction du journal Le Devoir, où Michel Gonneville déplorait l’absence presque totale de couverture de la création musicale au Québec dans les pages de ce quotidien, qui pourtant s’occupe fort bien des autres domaines artistiques. Il demandait que soit instaurée pour le domaine musical une chronique régulière, branchée sur l’actualité d’une pratique de création et d’interprétation que nous savons tous bourdonnante et riche, principalement à Montréal. Plus de 150 personnes de différents milieux et intérêts avaient manifesté leur appui à cette requête en cosignant cette lettre. Il y avait perception partagée d’un vide qu’il fallait combler.

Ce vide, nous ne le sentons pas uniquement au Devoir. C’est dans tous les journaux quotidiens qu’il règne, créé par le déficit d’informations et par la pauvreté navrante de la critique. Nous le percevons aussi sur les ondes radiophoniques depuis le changement d’orientation de Radio-Canada et il se répand actuellement sur le réseau anglais de la radio publique. Ce changement, il nous semble, a visé le retrait d’une certaine parole « experte » ou, mieux dit, d’une parole qui éclaire au profit d’une parole qui surtout se pâme et s’enfle (« l’émÔtion ») ou qui trop souvent remplit le temps par du bavardage improvisé. Nous souhaitons bonne chance au projet Radio-Québec piloté par l’avocat Daniel Turp et qui vise la restauration d’une radio culturelle assumant pleinement son rôle de médiatrice.

On ne peut attendre des revues spécialisées comme Circuit ou les Cahiers de la SQRM qu’elles comblent le vide perçu, car leur mandat et leur périodicité ne leur permettent pas de s’accrocher à  l’actualité de manière « ponctuelle ». Et ce n’est pas les invitations sporadiques faites à des compositeurs par des revues littéraires ou de réflexion qui pourront non plus créer la présence que nous souhaitons.

Dans ce contexte, et comme à ce jour aucune réponse satisfaisante n’est parvenu du Devoir à la lettre citée plus haut, nous avons eu l’idée de créer ce site pour lequel nous souhaitons, le temps qu’il durera, qu’il fasse découvrir une palette d’auteurs la plus variée possible : que ceux-ci soient compositeurs, musicologues, interprètes, mélomanes, ils se proposeront ou seront approchés pour leur compétence et leur intérêt à couvrir l’actualité dans toutes les tendances de la création musicale : musiques instrumentales et vocales de concert, musiques électroacoustiques, multimédia et multidisciplinarité, musiques actuelles, propositions artistiques à la limite de la musique, etc. Nous voulons aussi que ces auteurs ne parlent pas qu’aux happy few initiés et n’oublient jamais l’important rôle d’initiation et de médiation qu’ils pourront jouer. Nous aimerions aussi, et surtout, que s’exprime non pas une esbroufe stylistique servant à imposer des dictats (c’est-à-dire pour vanter les mérites d’une orientation esthétique au détriment d’une autre ou pour juger selon des critères qui auraient été de tout temps fixés) mais plutôt une réflexion qui parle au je, qui se dévoile et s’avoue comme l’expression d’un goût et d’une culture, qui soit finalement le compte-rendu de l’expérience intérieure d’un auditeur.

Nous souhaitons aussi que cet espace ne serve pas à relayer les besoins promotionnels des organismes, besoins qui sont d’ailleurs déjà  fort bien couverts grâce aux multiples plates-formes dont ils se servent. Dans le même ordre d’idée, nous désirons recevoir des contributions où l’on peut apprécier le travail d’un créateur d’un point de vue extérieur, le site  ne permettant pas l’auto-promotion.

Le site dépend pour l’instant du bénévolat des auteurs. La section « Créations » traitera des créations et des premières montréalaises ou québécoises en suivant au plus près le calendrier des concerts et événements qui les présentent. Nous souhaitons une double contribution pour chacune des créations choisies : le « Prélude » se situera en amont de l’événement et présentera le créateur impliqué, sa démarche générale et celle particulière à la nouvelle œuvre; le « Postlude », quant à  lui, proposera une réflexion a posteriori sur cette création à partir des impressions laissées lors de l’événement où elle s’insérait. Pour ce second volet, le temps pour élaborer une réflexion pertinente prévaudra sur toute heure de tombée. Le format de rédaction qui est suggéré pour ces deux volets est d’approximativement 500 mots (3500 caractères, espaces compris).

Puis, dans un deuxième temps, dans la section « Carnets », nous souhaitons que des auteurs s’intéressent et commentent de façon plus large et générale l’actualité du milieu local, national ou même international dans le domaine de la création musicale et artistique. Il ne s’agit évidemment pas ici de prétendre à l’exhaustivité, mais plutôt d’offrir un espace de réflexion et d’expression selon les propositions provenant d’auteurs intéressés ou faites à des auteurs espérés. Dans cette section, le format de rédaction peut dépasser les 500 mots sans problème et peut être accompagné d’extraits audio ou vidéo.

Notre appétit pour une véritable couverture de la création musicale au sein des médias traditionnels demeure. Aussi, nous n’abandonnerons pas le combat sur ce front, nourris que nous sommes par l’espoir d’y voir naître un jour le contenu que le public mérite. Néanmoins, nous croyons que le projet du présent site est nécessaire dans les circonstances actuelles. Elle pourrait même, à terme, s’avérer comme une contribution inappréciable à la longue entreprise d’intériorisation et d’appropriation collective de notre patrimoine musical.

Les mots sur la musique peuvent être aussi nécessaires à cette dernière qu’ils lui sont, en bout de ligne, inutiles. «Écrire sur la musique, c’est comme danser l’architecture! » En tapant ces quelques mots sur les principaux engins de recherche, on découvre que la phrase serait attribuable  simultanément à, ou enfin aurait été récupérée par, Elvis Costello, Thelonius Monk, Laurie Anderson, Frank Zappa, etc… Il va sans dire que le fait de lire et éventuellement d’écrire sur la musique n’en augmente pas seulement la compréhension mais amène aussi à en enrichir l’écoute. Les mots deviennent finalement nécessaires lorsqu’il faut briser la barrière de tous ces autres mots qui empêchent un auditeur d’accéder à la musique et d’en jouir.

Que les mots de cettevilleetrange.org profitent au plus grand nombre !

Michel Gonneville, Julien Bilodeau, Patrick Saint-Denis.

===== Pour soumettre des propositions d’articles, voir l’onglet Nous rejoindre

= = = = = Édito Anno I About this project Filling a void The underlying idea for this site is a letter sent on March 28th 2010 to the newspaper Le Devoir, in which Michel Gonneville laments the almost complete lack of coverage of new musical works, in a newspaper that otherwise covers almost every other artistic domains. Gonneville called for the establishment of a regular column which would cover the musical sphere, focusing on current events concerning the creation and interpretation of new musical works, given the richness and vitality of the new music scene, particularly in Montreal. More than 150 individuals from various circles and spheres of interest had shown their support to this request by co-signing the letter. There was a shared sense of a void that had to be filled. This void is not perceptible only at Le Devoir. It is also felt in all daily newspapers, created by the information deficit and the utter impoverishment of music criticism. We also perceive this void on air, following the change in orientation at Radio-Canada, and it is now spreading to the anglophone public radio networks. This change, it seems to us, targeted first and foremost the removal of certain “expert” insights or, in better terms, the removal of a speech that enlightens in favour of a speech that swoons and inflates (“emÔtion”) or that too often fills air time with improvised chatter. We wish good luck to the Radio-Québec project led by lawyer Daniel Turp and which aims to bring back a cultural radio fully fulfilling its mediating role. One cannot expect from specialized publications like Circuit or the Cahiers de la SQRM that they fill this perceived void, since their mandate and their periodicity do not allow them to discuss current cultural events in a regular manner. And the sporadic invitations to composers by literary or free-thinking magazines will not be able to create the presence we desire, either. Given this context, and given that to this day no satisfying answer to the above-mentioned letter has been forthcoming from Le Devoir, we have decided to create this website which we hope, while it lasts, will lead to the discovery of a wide range of contributors: composers, musicologists, performers, music lovers, will propose or will be approached for their competence and their interest in covering current events in all trends of musical creation: instrumental and vocal concert music, electroacoustic music, multimedia and multidisciplinarity, new musics, artistic proposals at the edge of music, etc. We also would like these authors to speak not only to the happy few connoisseurs but also to never forget the important mediating role they will be asked to play. We also would like, most importantly, not so much to express some stylistic swashbuckling meant to impose norms (that is, to boast about the merits of a specific aesthetic stance at the expense of another or to judge according to criteria seen as fixed and immutable) but rather a reflection speaking from an “I” perspective, revealing itself and assuming itself as the expression of a particular taste and culture, that would finally be the account of one listener’s inner experience. We also hope that this space serves not only to relay the promotional needs of organisations, needs that are otherwise well-covered with the multiple platforms that they use. In that same vein, we would like to receive contributions in which one can appreciate the work of one creator from an outsider’s perspective, since the website does not allow self-promotion. The website currently depends on its author’s volunteer work. The “Creation” sections will deal with creations and Montreal or Quebec premieres, which follow closely the concert and event calendar featuring them. We aim for a double contribution for each chosen work: a “Prelude” will be posted online before the event and will present the creator involved, his/her general artistic approach as well as that specific to the new work; the “Postlude” will offer a reflection on that creation based on impressions from the event. For this second component, the time needed to elaborate an enlightening reflection will have the upper hand on any given deadline. The suggested written format for each component is approximately 500 words (3500 characters, space included). Then, secondly, in the « Notebook » section, we would like contributors to have an interest in, and comment in a broader and general manner, local, national or even international events pertaining to musical and artistic creation. The goal is not to be exhaustive, but rather to offer a space for reflection and expression based on spontaneous propositions from individuals or requests made to potential contributors. In this section, the writing format may easily exceed 500 words and may be accompanied by audio clips or video footage. Our hunger for a real coverage by traditional media of the musical creation remains. Thus, we will not give up the fight on that front, motivated as we are by the hope that one day, the content that the public deserves will be present. Nonetheless, we believe that the project of this website is necessary given current circumstances. It could even, in the long run, emerge as an invaluable contribution to the long-lasting collective enterprise of internalisation and appropriation of our musical heritage. Words about music can be as necessary to music as they can be, ultimately, unnecessary. “Writing about music is like dancing about architecture!” By typing these words in the main search engines, one finds that the phrase has been attributed simultaneously to, or recuperated by, Elvis Costello, Thelonius Monk, Laurie Anderson, Frank Zappa, etc… It goes without saying that reading about music and eventually writing about it not only enhances its comprehension but also leads to a richer listening experience. Words finally become necessary when the barrier made of all these other words preventing the listener to access to music and enjoy it must be broken. May the words from cettevilleetrange.org benefit as many as possible! To submit articles, please see the tab « Nous rejoindre »